Faire la ville en commun


Visite de la Kabane,
journée de travail collectif,
la ville, lieu d’occupation
(sociologique)…

A propos de cet évènement
http://www.fabriquesdesociologie.net/ville-en-commun/ :

En lien avec le réseau des Fabriques de sociologie, nous organisons une journée-expérimentation « Faire la ville en-commun » le samedi 26 novembre (9h – 17h/18h) à l’Université Paris 8, salle C022.

Le midi nous ferons table commune, chacun apportant sa contribution au pique-nique.

Ce séminaire associe deux dispositifs :


Visite de K

Cette rencontre entre divers acteurs / pratiquants de l’espace urbain comme milieu de résistance, d’initiatives populaires et plus largement d’occupation de la ville, sont venus nombreux d’un peu partout, de france et de Navarre… pour parler autour d’un cercle de parole, repas, ateliers et de la cabane dont nous avons fait la visite.

L’occasion de se rappeler que les luttes (personnelles/anonymes/publiques) sont plurielles et qu’elles dépassent bien entendu le cadre sociologique qui est, parfois, habité par ces démarches. Cet attroupement de penseurs, activistes, enseignants, artistes, joueurs, chercheurs… ont à leur façon participé à cet exercice de parole, d’invention imaginaire / concrète / fictionnelle dans la réalité qui a frappée la cabane. L’occasion également pour nous de ren/a-contrer d’autres initiatives à Paris 8 également avec la passade et d’élargir aux urgences d’occupation (avec la salle voisine, entre autre, qui organise des évènements durant deux semaines expos-débats…)

Que faire face au vent qui a soufflé la cabane, quel bruit sourd court dans les couloirs de la fac ? Que racontent ces ON dit, ces peut-être ? Comment se réinventer la vie au-delà du passage à la fac ? Comment continuer à nouer entre les différents radeaux qui n’y trouvent pas forcément prise ? Comment se rencontrer et faire un commun actif ? Quels outils sont à notre porté ? Quels sont nos réponses face à cette catastrophe ?

Comprendre et aller de l’avant, écouter les oreilles qui sur kabane posent leurs yeux, voir leurs attentes avec/par eux… sortir du cyclone ; remonter ses manches…. la porte de la cabane est toujours ouverte.


avenir

Nous nous réunissons mercredi 30* dans l’UFR arts pour engager cette discussion avec les passants, habitants, de la fac… en vue d’occuper, un temps, cette agora aux pieds des escaliers, accompagnés d’une cabane éphémère en cartons glanés à a fac.

Lundi 5 décembre 2016 à 13h30* : réunion ouverte pour décider avec chacunæ, selon ses disponibilités, à la consolidation du projet kabane qui doit poursuivre son élaboration collective engagée maintenant depuis 2014. Vous qui nous lisez ici, vous êtes læ bienvenue 🙂

En attendant vous pouvez nous laisser un petit mot sur ce que vous inspire ce projet au sein de la fac, terrain d’interstices publics… Page de témoignages ou nous contacter !

* http://kabane.org/informations/2016/12/01/reunion-lundi-5-decembre/


VICTIMES DU VENT
D’un coup de vent qui aurait détruit la Kabane

Cette nuit le vent a détruit la Kabane… pourtant tout était bien accroché…
Cette nuit le vent a détruit la Kabane… pendant que nous avions le dos tourné.

Nous avons eu d’autres épisodes dont le vent nous a décollé les affiches sur le murs, les panneaux et les signalétiques.

vigi et pirate sont dans un bateau. Le vent souffre, qui tombe à l’eau ?

L’eau est une façon symbolique de représenter la circulation, des savoirs et des non savoirs dans un espace limité ou non. L’eau peut être agitée telle une vague représentant un engouement positif ou non. Alors c’est la liberté qui tombe à l’eau et ainsi circule et nous innonde.

mais quoi faire après le passage du vent ?

HISSER LES VOILES
TRANSFORMER LA KABANE EN PLANCHER
BAL PLANCHER

(et installer un peu plus loin, une cabane  épouvantail pour
leurrer le VENT-DALISME) Si le vent a soufflé sur notre graine d’utopie
(concrète), c’est pour mieux la disséminer , que germent en d’autres
lieux et en d’autres temps les champs fleuris de notre émancipation.
et que la horde s’agence pour contrer les abrités !

Récit écrit collaborativement lors du séminaire « Faire la ville : le rôle des collectifs autonomes dans l’invention d’un nouvel en-commun» – 26/11/16.


Nous en avons fait un micro-fanzine !

Publié par

kabane

En 2014, des étudiants de Paris 8 ont commencé à construire une cabane avec des matériaux de récup’ à la fac… Depuis, elle s’est transformée pour devenir, Kabane, un lieu de convivialité où se retrouvent les gens de passage à l’université Paris 8. Cet espace, occupant le paysage universitaire tel un laboratoire auto-géré collaboratif, cherche à activer des dynamiques de rencontre et d’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *